Texte Libre


Bonjour et bienvenue sur Sylvasphere. Je vous propose de découvrir sur ce blog la filière forestière sous tous les angles: métiers, explication de la gestion des forêts, pensées personnelles, blogs, ...

N'hésitez pas à commenter, poser vos questions, proposer vos débats, exposer vos critiques, ... et tant de choses encore! Sylvasphere est un blog qui se veut ouvert d'esprit!
Vendredi 3 octobre 2008




Entre 300 et 500 kilos : c'est effectivement la quantité de déchets produite par un engin d'exploitation forestière pour une année.
Ce n'est pas une enquête officielle ou des statistiques d'un quelcquonque organisme, c'est simplement un constat que je fais après un an de suivi de la production de déchets de l'équipe dont je fais partie.




Que comprennent ces déchets ?

Ce sont, le plus souvent, les résidus des travaux d'entretien et de mécanique :
    - Filtres usagés ;
   - Anciens flexibles ;
   - Vieux futs d'huile ;
   - Cartouches de graisse vides ;
   - Chiffons papiers sales ;
   - Aérosols des produits d'entretien divers ;
   - Emballages de pièces vides ;
   - Pièces de mécanique endommagées ;
   - huiles de vidanges

La liste est sans aucun doute incomplète, mais elle est surtout là pour vous donner une idée de la quantité de déchets que l'exploitation forestière peut produire. Et cette liste n'inclue pas les consommables "perdus" pendant le travail, soit accidentellement, soit de manière naturelle, comme la graisse, l'huile hydraulique (soyons francs, personne n'est à l'abri d'une fuite), les huiles de chaîne, etc...

Le constat que je fais n'a pas pour but de tirer à boulets rouges sur ma profession. En réalité, j'aimerais revenir sur certaines manières de travailler qui pourraient nous permettre de produire mon de déchets.
Pour notre part, nous envoyons tous nos résidus en déchèterie payante.  Le forfait n'est pas excessif (entre 40 et 50 Euros), et le kilo de déchet apporté est taxé lui aussi, mais de manière raisonnable.
Pour ma part, j'y vois plusieurs points positifs :

    - Incitation à produire moins ;
    - Participation au retraitement des déchets produits;
    - Responsabilisation et sensibilisation des entrepreneurs.


Venons-en au fait : comment produire moins de déchets ?


La quantité de certaines catégories de déchets est incompressible, comme pour les huiles moteur,les filtres usagés. En revanche, les autres déchets peuvent être réduits de plusieurs manières : un entretien convenable de la machine et régulier permet de limiter l'usure des certains organes et donc leur remplacement. De même, l'entretien permet de limiter les fuites d'huile et donc les besoins de retraiter des futs vides. La graisse peut être achetée en grands conditionnements (20 kilos), ce qui limite l'utilisation de petites cartouches de 400 grammes.

Ces préconisations restent très théoriques. Certaines sont vraiment difficilement applicables de manière chronique ( l'entretien est parfois délaissé pour la production...).


Le cas particulier des flexibles usagés :

  Deux processus de retraitement sont possibles :


La récupération utile de tronçons encore utilisables

Il s'agit de récupérer certains morceaux réutilisables suffisamment long dans certains flexibles pour en confectionner d'autres. La condition sine qua non pour mener à bien ce raisonnement est d'avoir le matériel nécessaire à la confection de tuyaux (embouts, sertisseuse, ...). Seulement, peu d'entrepreneurs ont les capacités financières pour investir dans ce type de matériel.
Cette technique permet de réelles économies de matériau et de déchets. J'ai estimé à 50% le gain de flexible réalisé en travaillant de la sorte.


Le recyclage du flexible pour d'autres activités

J'ai eu l'occasion d'échanger quelques idées sur le sujet avec un atelier de mécanique de petite taille il y a trois ans. A l'époque, le prix qu'on lui demandait pour retraiter le flexible usagé lui créait un réel trou dans son budget, et il se voyait mal répercuter la taxe sur ces clients. Il a donc trouvé une filière de réutilisation qui lui reprenait les flexibles en état contre rémunération : il s'agissait d'une société qui fabriquait des parcs accrobranche dans des pays d'Amérique du Sud et qui utilisait les flexibles en état correct pour protéger les arbres de l'arrimage des installations... Astucieux principe qui aurait permis au mécano en question d'écouler l'équivalent de deux camions de vieux flexibles...
Depuis trois ans, je ne sais pas si le système s'est pérénisé, mais ce type de filière reste, je pense, marginal. C'est dommage car c'est, à mon avis, la solution la plus propre pour recycler les flexibles usagés.


Au final, une question demeure : est-ce que toutes ces techniques permettent réellement de réduire les déchets de façon significative ? Oui et non. Il est certain que sur 500 kilos de déchets, les quelques cartouches de graisse économisées ou les quelques litres d'huile préservés ne sentiront que très peu, mais qui peut s'opposer à la remarque suivante : le moindre geste propre est bon pour l'environnement !
par Thibault publié dans : A méditer ...
ajouter un commentaire commentaires (2)    créer un trackback recommander
Retour à l'accueil

Rémunération de l'auteur

Calendrier

Février 2009
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
<< < > >>

Toujours utile ..


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner



Pour ceux qui souhaiteraient faire de la promotion pour Sylvasphere avec le bouton suivant

Sylvasphere

Coller le code suivant dans votre blog :


Du flux !!!

  • Flux RSS des articles

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus