Texte Libre


Bonjour et bienvenue sur Sylvasphere. Je vous propose de découvrir sur ce blog la filière forestière sous tous les angles: métiers, explication de la gestion des forêts, pensées personnelles, blogs, ...

N'hésitez pas à commenter, poser vos questions, proposer vos débats, exposer vos critiques, ... et tant de choses encore! Sylvasphere est un blog qui se veut ouvert d'esprit!
Jeudi 17 juillet 2008
Voici un commentaire de PROST déposé le 15 juillet sur l'article concernant les problèmes de lubrification des têtes Logmax.

"Bonjour,
Selon vous, est-il possible d'utiliser de l'huile biodégradable pour la lubrification des chaînes sur les abatteuses ?
Quel volume d'huile est consommé en moyenne pour une journée de travail et est-ce que le niveau de lubrification peut dépendre du type de bois que l'on abat ?"




A propos des huiles biodégradables :
en effet, les huiles bio peuvent être utilisées sur les têtes d'abattage. D'ailleurs, il en existe déjà, mais leur utilisation est marginale, et ce pour deux raisons : d'une part, leur prix est beaucoup trop élevé par rapport à celui d'une huile classique (du simple au double), et d'autre part, les entrepreneurs restent interrogatifs quant au pouvoir lubrifiant de ces huiles. Petites précision : les huiles bios ont tendance à être plus épaisses que les huiles classiques.

A propos de la consommation d'huile : elle est souvent variable selon les têtes, et selon le mécanisme mis en place par les constructeurs. Pour ma part, selon les chantiers et les bois, ma consommation moyenne est de 5 à 8 litres par jour.

La question du niveau de lubrification en fonction du type de bois travaillé :
pour le coup, le sujet est vaste !
Le niveau de lubrification dépend de nombreux critères : saison, état du matériel, type de bois et volume moyen...

L'effet saison : c'est sans doute le facteur le moins aléatoire. L'été, avec les grosses chaleurs, a tendance à rendre l'huile beaucoup plus fluide. Par conséquent, elle a tendance à moins bien adhérer sur le guide et la chaîne. La lubrification peut donc être moins bonne qu'en temps normal.
L'hiver, les basses températures ont tendance à épaissir l'huile, phénomène à double tranchant, car si une huile suffisamment épaisse offre une lubrification excellente, une huile trop épaisse aura du mal à circuler dans les tuyaux et la pompe. De plus, la neige peut limiter la bonne tenue de l'huile. Pour toutes ces raisons, il est conseillé de choisir une huile légèrement plus fluide pour l'hiver et les températures fortement basses.

L'effet matériel usé : une mauvaise huile aura pour conséquence directe une usure rapide du guide et de la chaîne de scie. De même, travailler avec une chaîne et un guide usés provoque une surchauffe du montage, et donc de l'huile présente sur le rail. Par conséquent, l'huile n'adhérera plus et ne jouera plus son rôle.

Le type de bois façonné : d'une manière générale, le travail en gros diamètres engendre une consommation moindre que dans les petits bois. En effet, plus les bois sont gros, et plus les produits façonnés ont des chances d'être longs. Les coups de scie sont donc réduits, et l'utilisation d'huile aussi.
La dureté des bois joue un grand rôle dans la qualité de lubrification : les bois secs entraînent souvent des chauffes assez importantes des chaînes. Lors de travaux dans des bois secs, l'utilisation d'une bonne huile est donc primordiale. D'une manière générale, plus le bois est dit "dur", meilleure doit être l'huile. Le Mélèze et le Douglas exigent d'avoir de bonnes huiles, contrairement au Grandis, qui, lui, est un bois très tendre.

Dans tous les cas, le facteur déterminant pour que l'huile soit efficace est d'avoir toujours un organe de coupe très bien entretenu : chaîne affutée; guide en bon état, tension de chaîne bien réglée. D'autant plus qu'une mauvaise lubrification nous force souvent à insister lors des traits de scie, et provoque donc des surchauffes de moteurs hydrauliques, de vérins, le tout entraînant bien souvent des problèmes de brûlures de joints. Une fois encore, le chauffeur est au coeur du problème !
par Thibault publié dans : Mécanisation
ajouter un commentaire commentaires (2)    créer un trackback recommander
Retour à l'accueil

Commentaires

Bonjour ,mes collègues et moi meme nous utilisons de l'huile bio depuis plus d'un an. Il semblerait que ce soit une huile végétale avec un additif .Oui ,l'huile est plus epaisse quand il fait froid et plus fluide quand il fait chaud comme toutes les huiles de chaine .Pour notre machine, car nous travaillons en double poste sur une 1070 de 2001 et n'avons pas de probleme de lubrification ,ni d'usure , ni de surchauffe de l'ensemble guide chaine.
Commentaire n° 1 posté par Comptoir des bois de Brive le 25/08/2008 à 22h51
Bonjour,

Enfin un avis de professionnel sur ces huiles ! Merci à vous d'apporter quelques précisions sur ces lubrifiants. Reste encore une question : si les aptitudes au travail restent les mêmes, qu'en est il du coût ? C'est, à mon sens, l'un des gros problèmes des huiles bio : plutôt que de baisser légèrement le prix, les produits bio sont souvent plus onnéreux, et donc attirent peu de monde. Dommage.
Réponse de Thibault le 26/08/2008 à 11h07
Dans moins de 5 ans ,toutes les machines devront tourner au bio, ce sera obligatoire sur les coupes onf d'ici peu de temps.
Commentaire n° 2 posté par sylver19 le 13/09/2008 à 21h51

Trackbacks

Aucun trackback pour cet article

Rémunération de l'auteur

Calendrier

Février 2009
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
<< < > >>

Toujours utile ..


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner



Pour ceux qui souhaiteraient faire de la promotion pour Sylvasphere avec le bouton suivant

Sylvasphere

Coller le code suivant dans votre blog :


Du flux !!!

  • Flux RSS des articles

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus