Texte Libre


Bonjour et bienvenue sur Sylvasphere. Je vous propose de découvrir sur ce blog la filière forestière sous tous les angles: métiers, explication de la gestion des forêts, pensées personnelles, blogs, ...

N'hésitez pas à commenter, poser vos questions, proposer vos débats, exposer vos critiques, ... et tant de choses encore! Sylvasphere est un blog qui se veut ouvert d'esprit!
Dimanche 29 avril 2007
Ces derniers jours, j'ai eu l'occasion de voir à plusieurs reprises des articles sur les biocarburants. Ceci est tout à fait normal, étant donné l'inquiétude - justifiée - quant à l'après pétrole... Cependant, je suis tombé, dans une même journée, sur deux articles évoquant les possibilités de l'utilisation du bois à des fins de production de biocarburant. Le premier billet lu provenait du Blog Energie. Le second était paru dans un quotidien régional, La Montagne, présentant un projet, en cours de réalisation, d'une "cité de l'agrocarburant" à Commentry (Allier).
Dans un cas comme dans l'autre, le matériau bois est mis en avant pour une éventuelle transformation en biocarburant. Ceci viserait à mieux valoriser la matière, selon le Blog Energie, qui maintient que la ressource est gâchée lorsqu'on peut voir des rémanents sur les coupes... A mon avis, ce n'est pas évident du tout: laisser les rémanents sur place permet un retour de matière au sol non négligeable. En priver le sol serait sans doute une grave erreur.

Pour en revenir à la cité de l'agrocarburant, il s'agirait d'un site de production d'énergie à grande échelle, qui desservirait des structures type industries, par exemple. Puis, à long terme, le bois serait gazéifié, puis liquéfié, pou constituer de l'agrocarburant de synthèse... Pourquoi pas ... Après tout, tous les moyens ont bons pour parvenir à produire de l'énergie dite propre. Cela étant, quelque chose me gêne un peu. Faire du biocarburant avec de la matière ligneuse, je trouve ça une bonne idée... Mais quand je pense à la quantité qu'il faudrait produire pour que cela devienne intéressant (financièrement j'entends. N'oublions pas que nous sommes humains quand même), alors là, je me demande où les transformateurs vont trouver la matière: je pense qu'il faut une quantité de bois relativement importante pour produire un litre de biocarburant. Toujours concernant l'approvisionnement, il me paraît totalement inconcevable d'utiliser des bois bruts, issus directement de l'exploitation (la perte est trop importante, autant utiliser ces produits à d'autres fins telles que le sciage ou la papèterie).

Alors que penser de ce type de projet ? Eh bien personnellement, j'ai deux points de vue assez distincts:

- Tout d'abord, je suis conscient du besoin que l'on a de trouver des solutions à l'après pétrole. Effectivement, produire une énergie à base de matériau tout à fait renouvelable, c'est une bonne idée. Continuons dans ce sens, et tout ira bien.

- Puis, avec du recul, je pense au rendement matière de cette fameuse production de carburant à base de bois. Il me paraît tout à fait utopique de produire des carburants en quantité intéressante avec le bois. Sans parler que d'un point de vue filière, cela risque de coincer : Produire avec des billons, vous allez vous mettre à dos les scieurs et papetiers; produire à l'aide de sciure, vous empiétez sur le bois énergie pour le chauffage; produire avec de la plaquette, les papetiers vont s'arracher les cheveux car vous piochez dans les réserves de matières peu chères...

Et vous, de quel oeil voyez vous ce type de projet, tout à fait intéressant, mais un peu utopique ?
par Thibault publié dans : A mon avis...
ajouter un commentaire commentaires (5)    créer un trackback recommander
Vendredi 20 avril 2007
Il y a quelques jours, j'avais évoqué un problème de communication évident sur l'utilisation du bois dans notre vie de tous les jours.Depuis, j'ai découvert  le blog des Influenceurs (leur concept).

J'ai donc créé spécialement une bannière que vous pourrez trouver sur leur blog, permmettant de communiquer à la fois sur le bien-fait de la récolte sur l'environnement, et à la fois sur l'impact économique de la récolte du bois.


Je vous invite donc tous à vous procurer cette banière et à la coller sur vos blogs respectifs pour collaborer avec Sylvasphere !
N'oubliez pas de respecter la procédure indiquée chez les influenceurs pour vous faire référencer chez eux .

Je vous remercie d'avance de votre geste pour la forêt.



Tags :
par Thibault publié dans : Communication
ajouter un commentaire commentaires (0)    créer un trackback recommander
Mercredi 18 avril 2007
Eh oui, ça fait un mois que je me suis blessé, et je n'ai toujours pas repris le travail ...

Et vous savez ce qui me manque le plus ? Mon travail... C'est d'ailleurs pour ça que je place ici même quelques moments choisis de mon quotidien en forêt pour le partager avec vous !

par Thibault publié dans : A méditer ...
ajouter un commentaire commentaires (0)    créer un trackback recommander
Lundi 16 avril 2007
Toujours handicapé, coulé entre mon canapé et mon ordinateur, je cherchais des manifestations à venir sur le thème de la découverte du milieu forestier (eh oui, je n'ai toujours pas changé de cheval de bataille : mieux communiquer sur la forêt). Et je me suis alors dit : "le grand public n'est pas encore près d'avoir accès facilement à des manifestations intéressantes sur notre beau milieu ..."

En effet, lorsque je cherche ce type de choses, je trouve beaucoup de rassemblements de professionnelles, ou tout du moins, destinés à un public déjà averti, mais j'ai beaucoup de mal à trouver des manifestation vraiment accessibles à tous, permettant de découvrir de manière ludique et interactive notre beau patrimoine forestier... Chose regrettable, puisqu'il faut absolument faire comprendre à nos concitoyens que le développement durable, par exemple, c'est gérer de manière dynamique mais raisonnable une forêt, et non de pratiquer une sylviculture passive et attentiste comme certains politiques souhaiteraient le faire (Miss Royal, et Miss Voynet par exemple ...).

Même l'Office, qui se dit grand organisme de vulgarisation de la forêt n'est pas fichue de mettre en place des journées découvertes intéressantes (enfin, elle n'en parle pas toujours ...). Non, franchement, là, il y a du laissé aller... Ce n'est pas en faisant faire de la plantation aux enfants d'une maternelle que l'on va pouvoir faire connaître notre filière. C'est tout juste bon à faire des travaux avec de la main d'oeuvre gratuite ...

Je mets donc un zéro pointé à tous nos organismes forestiers, qui ne prennent pas le temps, les beaux jours venus, de faire découvrir notre nature de manière utile et sous un autre angle que la pseudo-déforestation. Etonnons nous après de vois un spot pub à la télé ventant les mérites du bloc béton, au lieu de vois un spot ventant les qualités techniques du matériau bois, vraiment écologique celui-là !

par Thibault publié dans : A méditer ...
ajouter un commentaire commentaires (2)    créer un trackback recommander
Samedi 14 avril 2007
Après avoir découvert le métier de chauffeur de machine d'abattage, vous allez découvrir celui de conducteur de porteur.



 
Le débardage des bois courts

Le porteur est un engin destiné au débardage des bois courts en majorité. Il peut éventuellement servir à débarder des bois longs, mais il lui faut un équipement très particulier.

Le porteur possède des caractéristiques proches de celles de la machine d'abattage. En revanche, son architecture est totalement différente.
Là encore, il s'agit d'un métier assez spécial: le quotidien du débardeur est fait de sensations fortes dans les pentes, les dévers, la boue, et parfois le capot moteur ... Encore une fois, c'est un métier tributaire des aléas climatiques.


Le rôle du débardeur est de récupérer les bois que la machine (le plus souvent) ou le bûcheron ont coupés et de les acheminer au bord de la route pour les rendre accessibles aux camions. C'est un métier où la dextérité avec une grue et un engin est primordiale. L'adresse dont un pilote fait part est le facteur principal de la qualité de son travail et de son rendement.
De même que pour l'abatteuse, l'expérience peut mettre un peu de temps à venir : le moins évident est de trouver les petites finesses qui feront de vous un bon chauffeur. On dit souvent qu'il faut presque un an pour avoir vu presque tous les types de terrains possibles, mais en tout cas, on n'a jamais fini de découvrir les nombreux cas de figure que l'on peut rencontrer lors du travail.

Les conditions de travail sont similaires à celles d'un chauffeur de machine. Le salaire est tout de même un peu plus faible en moyenne que celui d'un chauffeur d'abatteuse : 1 000 euros en débutant et entre 1 000 et 2 000 pour un chauffeur expérimenté.


Comment devenir débardeur

Pour ce poste, il est beaucoup plus facile d'apprendre sur le terrain. Il existe cependant des écoles qui délivrent des formations adaptées: ce sont les même que pour le combiné d'abattage en général.

Dans tous les cas, le chômage est quasi inexistant dans ces emplois là, et les recrutements permanents: les entrepreneurs ont beaucoup de mal à trouver de bons chauffeurs, et c'est un secteur en plein essor !

par Thibault publié dans : Métiers de passions
ajouter un commentaire commentaires (0)    créer un trackback recommander

Rémunération de l'auteur

Calendrier

Avril 2007
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
<< < > >>

Toujours utile ..


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner



Pour ceux qui souhaiteraient faire de la promotion pour Sylvasphere avec le bouton suivant

Sylvasphere

Coller le code suivant dans votre blog :


Du flux !!!

  • Flux RSS des articles

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus