Texte Libre


Bonjour et bienvenue sur Sylvasphere. Je vous propose de découvrir sur ce blog la filière forestière sous tous les angles: métiers, explication de la gestion des forêts, pensées personnelles, blogs, ...

N'hésitez pas à commenter, poser vos questions, proposer vos débats, exposer vos critiques, ... et tant de choses encore! Sylvasphere est un blog qui se veut ouvert d'esprit!
Lundi 17 mars 2008
showPhoto.asp.JPG
L'entreprise de travaux forestiers Gilles Chaignat située dans le Jura Suisse recrute deux salariés pour un poste sur machine d'abattage ( John Deere 1270D) et un poste de débardeur sur porteur ( Timberjack 1110, Valmet 860.3, John Deere 1410).

M. Chaignat recherche des personnes jeunes et motivées, avec de l'expérience si possible. L'embauche se fera avec un Contrat à Durée Indéterminée accompagné d'un salaire motivant !

Je vous invite à aller visiter le site de l'entreprise. Après l'avoir visité, je peux vous donner mes premières impressions : il s'agit d'une entreprise moderne, très bien organisée, équipée avec du matériel récent et très bien entretenu.

Vous pouvez aussi contacter directement par mail Gilles Chaignat à l'adresse suivante : [email protected]
par Thibault publié dans : Sylva-Job
ajouter un commentaire commentaires (0)    créer un trackback recommander
Mardi 4 mars 2008
J'ai eu l'occasion courant février de faire un chantier classique en apparence, mais finalement avec un objectif assez particulier. Le travail consistait à réaliser une troisième éclaircie dans une parcelle divisée en deux parties : l'une plantée en Douglas, et l'autre en Epicéas communs. Les bois étant vraiment de bonne qualité (essentiellement les Douglas), le propriétaire a choisi de faire marquer par le CRPF (Pascal Mathieu) la partie Douglas.

Sa méthode était la suivante : Repérer les plus beaux spécimens d'un point jaune (les arbres d'avenir), soit une centaine à l'hectare, et tenter de les dégager le plus possible en me faisant abattre les Douglas pouvant les gêner dans leur croissance. Après observation du marquage, j'ai pu comprendre que même les bois dominants pouvaient être à abattre à partir du moment où ils étaient à proximité d'un arbre d'avenir. A l'inverse, il restait le plus souvent des dominés autour des tiges à conserver, ceux-ci ayant comme rôle une stabilisation du peuplement restant. Le tout forme une sorte de patchwork forestier dans lequel il est facile de distinguer des zones à couper très larges, puis des bouquets de dominés. 

Le but avoué est de "forcer la croissance" des tiges détourées en éliminant leurs concurrents directs, même s'il faut dès la troisième éclaircie arriver à une densité quasi équivalente à celle d'un peuplement final. 


10-f-vrier-2008-038.JPGParcelle avant éclaircie


CSC_0012.JPGParcelle après éclaircie

Mon point de vue sur cette sylviculture

Je n'ai pas forcément l'habitude de travailler au marquage. En principe, je choisis moi-même les bois à prélever.  Le fait que la coupe soit marquée (et bien marquée) me fait gagner pas mal de temps. 
Concernant la méthode de marquage, j'ai été très surpris. J'ai trouvé que le prélèvement était très, voire trop important à ce stade. De plus, le fait de travailler avec cette méthode crée une décapitalisation de la forêt (prélèvement supérieur à l'accroissement).  Enfin, la stabilité est sérieusement remise en cause ! C'est donc un très gros risque pour le propriétaire.

Concernant la suite de la vie des bois en place : Il est évident que les tiges d'avenir vont avoir un accroissement élevé. Mais cette croissance aura pour résultat la formation de cernes plus larges. Le problème est que certaines valorisations demandent un bois très homogène, avec des cernes régulièrs, et surtout peu larges (Les sciages de qualité par exemple, pour limiter les déformations au séchage).

Conclusion : Vouloir absolument accélérer la croissance d'un peuplement n'a pas de grand intérêt, sauf celui de faire (éventuellement) plaisir au propriétaire en lui faisant croire que plus le bois est gros, plus il rapporte. De plus, ce type de travail est très aléatoire étant donné les risques de déstabilisation pris.

Mais finalement, ce qui me choque le plus dans toute cette histoire, c'est de savoir que le CRPF est un organisme de conseil pour les propriétaires. Ils sont donc, théoriquement, en mesure d'aider chaque sylviculteur à avoir une gestion correcte, sûre, mais productive en même temps, ce qui n'est pas le cas. Leur rôle n'est absolument pas de faire d'une parcelle une usine à bois. En bref, laissons le temps au temps...
par Thibault publié dans : Tours et détours en forêt
ajouter un commentaire commentaires (8)    créer un trackback recommander

Rémunération de l'auteur

Calendrier

Mars 2008
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
<< < > >>

Toujours utile ..


Enter your email address:

Delivered by FeedBurner



Pour ceux qui souhaiteraient faire de la promotion pour Sylvasphere avec le bouton suivant

Sylvasphere

Coller le code suivant dans votre blog :


Du flux !!!

  • Flux RSS des articles

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus